Le plus difficile est de trouver son chemin

     N’avez-vous jamais ressenti ça ? Cette sensation d’avoir un déclic ?  Comme si vous ouvriez enfin les yeux sur tant d’évènements passés et que vous arriviez à voir les choses sous un nouvel angle ? Un peu comme si vous arriviez à la fin de Shutter Island ? Je crois que je suis arrivé à ce moment-là.

     Depuis quelque temps, j’étais en quête de sens dans ma vie professionnelle. Comme beaucoup de personnes, je cherchais ma voie et je peinais à la trouver. Pour la trouver, j’ai dû repenser à mon enfance et à mes rêves de gosse.

     Petit, j’étais plutôt bon élève. Je cherchais toujours à avoir les meilleurs résultats possibles, à être le meilleur dans tous les domaines. Mais j’avais un rêve que je cessais de rabâcher : je veux devenir réalisateur de films. C’était un trip à moi que de m’imaginer réaliser un long-métrage. Faute de pouvoir filmer, je me contentais d’écrire des scénarios. 

     Puis un jour, j’ai lu Harry Potter et ma créativité a explosé. J’ai écrit tout une histoire mêlant les aventures du jeune sorcier et l’univers des X-men. Un pur plagiat d’une centaine de pages.

     Au fil du temps, j’ai continué à raconter des histoires sous différentes formes, que ce soit à l’écrit ou à l’oral. Mais arriver au lycée, et décourager par le corps enseignant, j’ai complètement renoncé à mes objectifs et la chute à commencer. Les années d’études suivantes ont été laborieuses. Du bon élève que j’étais, j’ai fini par changer de voie chaque année : passant de la cuisine à l’électricité…

     Presque 10 ans plus tard, j’ai eu la sensation d’en être toujours au même stade et de ne pas savoir quoi faire. J’ai fait une quantité de job inimaginable, plus ou moins bien payé, sans jamais vraiment revenir à mon souhait initial. Mais à 30 ans, il est temps de reprendre sa vie en main. Jusqu’à aujourd’hui, je pensais surtout à avoir une situation stable financièrement pour ma famille, sans jamais me poser la question de ce que je souhaitais faire. Maintenant que la situation est stable, j’ai eu le temps de réfléchir.

     Je me suis posé une seule question : « Si jamais je gagnais au loto et que l’argent n’était plus une priorité, quel métier voudrais-je faire ? »

     Cette question n’a trouvé qu’une seule réponse : raconter des histoires.

     Parce qu’au final, c’est ce que j’ai toujours aimé faire. Peu importe la forme. Peu importe le média. Je veux écrire et raconter des histoires.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.